• ACCUEIL
  • Medias
  • Actualités
  • La ministre des Affaires Sociales et de l'Action Humanitaire est venue défendre le projet de loi autorisant la ratification de l'accord de Financement additionnel du projet Lissungi
Printer Friendly, PDF & Email Imprimer Partager


album

C'est le mardi 15 juillet 2019, que Mme Antoinette Dinga Dzondo, ministre en charge du département des affaires sociales est venue défendre ce projet de loi en Commission. La séance était dirigée par le vénérable sénateur Jean Marie Epouma Andzimba, Président de cette Commission.

Examinant ce texte, les préoccupations des sénateurs membres de ladite commission ont porté essentiellement sur : le bilan en termes d'impact des allocations sur la vie des ménages bénéficiaires;  l'appropriation du projet par les parties prenantes; la prise en compte par le projet des départements de la Lékoumou et de la Cuvette Ouest sévèrement touchés par la pauvreté; le passage à l'échelle du projet dans tous les départements. Répondant justement à cette dernière préoccupation, Antoinette Dinga Dzondo, a indiqué que l'extension du projet aux autres départements est une préoccupation du Gouvetnement au regard de nombreuses doléances exprimées par les populations. " le passage graduel du projet Lissungi à l'échelle est une exigence du Chef de l'Etat. Nous avons élaboré un plan de passage à l'échelle. L'étude menée à cet effet indique de façon globale, qu'il nous faut mobiliser la bagatelle de 200 milliards de FCA pour couvrir toutes les zones. Face aux contraintes budgétaires, nous travaillons au passage graduel. Mais là aussi, les ressources financières ne suivent pas notre bonne foi", a t-elle souligné.

Evoquant les cas des départements de la Lékoumou et la Cuvette Ouest, au lancement du projet, la ministre a déclaré que l'insuffisance des fonds mis à la disposition du projet ne permet pas dans sa phase pilote de couvrir toutes les zones estimées très pauvres. "Il était prévu qu'au bout de quatre ans, le projet s'étende à d'autres zones sur les fonds du gouvernement. A cet effet, 20,5 milliards de FCA avaient été inscrits au budget de l'Etat 2018. Mais compte tenu de la situation financière de notre pays, ces fonds n'ont jamais été décaissés," a t-elle ajouté.