• ACCUEIL
  • Medias
  • Actualités
  • Lutte contre la corruption : une délégation du Conseil consultatif de l’UA reçue au Sénat
Printer Friendly, PDF & Email Imprimer Partager

Une délégation du Conseil consultatif de l’Union africaine (UA) sur la corruption, conduite par son président, le Tchadien Begoto Miarom, a échangé le 4 juin à Brazzaville avec la chambre haute du parlement, question de voir non seulement les progrès réalisés par le Congo en la matière, mais aussi le niveau de mise en œuvre de la convention de l’organisation panafricaine adoptée en 2003 et ratifiée par le Congo en 2006.

« Nous avons pour mission de travailler avec les Etats afin d’étudier avec eux les possibilités d’une réelle mise en œuvre de la convention aussi bien en matière de prévention que de lutte contre la corruption », a déclaré le chef de la mission.

La délégation est donc venue visiter les lieux et faire le suivi de la mise en œuvre de la convention de l’UA sur la prévention et la lutte contre la corruption, étudier les progrès accomplis par le Congo mais aussi les difficultés rencontrées et voir, de commun accord, les possibilités de renforcer les capacités du pays en la matière.

En réponse à ces préoccupations, le Sénat, par la voix du président de la commission Economie et finances, Jean-Marie Epouma Andzimba, a signifié que des lois contre la corruption ont été adoptées mais, a-t-il ajouté, prendre les lois c’est bien mais les appliquer c’est mieux. « Les difficultés ici résident au niveau du contrôle », a-t-il dit.

Pour sa part, le président du Sénat, Pierre Ngolo, a renchéri en soulignant que depuis 2017 le Congo mène une action soutenue visant à moraliser sa cité et à lutter contre toutes formes de déviances qui ont une incidence négative sur le développement du pays.

Il a informé le Conseil des dispositions prises par le pays, avec la mise en place de la Haute autorité de lutte contre la corruption.  

Rappelons que l’UA, à travers ces Etats parties, a adopté en 2003 sa convention sur la prévention et la lutte contre la corruption que le Congo a ratifiée en 2006. C’est donc à cet effet que la délégation du Conseil est en visite à Brazzaville.

SOURCE : Jean Jacques Koubemba (ADIAC-CONGO)